Cameroun: Dispositif de riposte – Le temps de l’évaluation


Une série de concertations ouverte hier au ministère de la Santé publique.

Le ministre de la Santé publique (Minsante) préside depuis hier, dans son département ministériel, une série de concertations et de consultations relative à l’évaluation de la riposte gouvernementale contre le Covid-19. La première séance de travail a réuni les parlementaires, les ordres professionnels et les sociétés savantes. D’entrée de jeu, Manaouda Malachie a indiqué aux responsables présents que la rencontre vise, entre autres, la recherche des stratégies pouvant améliorer la riposte contre le Covid-19 au Cameroun. Celle-ci devrait ainsi permettre d’examiner les aspects dudit dispositif dont les résultats n’ont pas été satisfaisants.

Cette rencontre intervient dans un contexte où la pandémie de Covid-19 a pris un autre virage dans le monde. Alors que certains pays sont frappés par une troisième vague, l’on note que le coronavirus a muté, avec une nouvelle souche apparue mi-décembre en Angleterre. Une mutation qui fait paniquer le monde. Au regard de tout cela, le ministre Manaouda Malachie indique que le Cameroun doit resserrer la vis. Surtout que le nouveau virus est déjà en circulation dans plusieurs pays d’Europe, et aussi Afrique, notamment en Afrique du Sud. Il invite à cet effet les communautés et toutes les parties prenantes à cette lutte au respect des mesures barrières édictées par le gouvernement et préconisées par l’Organisation mondiale de la santé. Ceci, afin de continuer à aplatir la courbe de contamination au Covid-19.

Après le propos liminaire du ministre de la Santé publique, le Dr Georges Alain Etoundi Mballa, directeur de la lutte contre la maladie, les épidémies et les pandémies, a fait un briefing sur l’évolution de la pandémie sur l’ensemble du territoire national. Depuis la détection du premier cas de Covid-19 au Cameroun en mars dernier, les stratégies de lutte se sont basées sur plusieurs actions. En relevant l’aspect majeur qu’est la décentralisation de la riposte, le Dr Alain Georges Etoundi Mballa rappelle que le gouvernement avait implémenté cet aspect afin d’impliquer tout le monde dans cette lutte. Pour rendre plus facile le processus, le Minsanté a non seulement équipé plusieurs laboratoires et formations sanitaires, mais en plus, des personnels de santé ont été formés dans plusieurs régions à la gestion de cette maladie.

Les hôtes du Minsanté, dont l’avis est sollicité, ont félicité le patron de ce département ministériel pour son dynamisme, la qualité du travail et l’énergie déployés dans le cadre de la gestion de cette pandémie. L’honorable Cabral Libii a par ailleurs relevé la question sur la vaccination nationale contre le Covid-19. A cette préoccupation, Manaouda Malachie indique que le dossier est déjà en étude au niveau de la présidence de la République. Selon lui, au stade actuel, le Cameroun n’a pas besoin du vaccin. Néanmoins, compte tenu des exigences internationales, notamment pour ceux qui vont devoir voyager et les étrangers qui vont entrer au pays, le vaccin devient une nécessité incontournable. Les travaux se poursuivent jusqu’à demain et à l’issue de ceux-ci, des recommandations seront formulées.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire