Burkina Faso: Année 2020 – Miss Tanya, l’artiste la plus jouée


La nature lui a tout donné : beauté et voix avec le physique qui va avec. Son talent et l’ardeur au travail ont fait d’elle une star, une étoile qui a brillé toute l’année 2020. A l’état civil Douti Tany Bikienga, Miss Tanya, avec quatre singles en à peine deux ans de carrière, a surfé sur la scène musicale tout au long de l’année avec son tube culte, « Ma bague d’abord », sorti en novembre 2019. Très sollicitée et entre deux rendez-vous le 29 décembre, notre artiste de l’année, la vedette de l’afro-pop,nous a reçu dans les locaux du studio Takoun productions.

Quand il s’est agi de trancher entre trois jeunes virtuelles de la musique burkinabè qui ont la cote actuellement pour en faire l’artiste de l’année de 2020, c’est la muse et la pulpeuse Miss Tanya qui a remporté l’assentiment des quelques rédacteurs de L’Obs.

Coup de foudre ? En tout cas, avec son désormais légendaire single « Ma bague d’abord », elle a battu ses deux challengers, qui n’ont pas été moins méritants. Elle n’a fait d’eux qu’une bouchée. « C’est « Ma bague d’abord » qui m’a portée dans le cœur des Burkinabè. Cette chanson s’adresse aux jeunes, une façon de leur dire de respecter les relations », explique-t-elle avec un large sourire. Avec cette œuvre musicale, Tanya était partout où il y avait un évènement heureux : bars, baptêmes, discothèques, etc.

Et pourtant dans son répertoire elle ne totalise pour le moment que quatre singles, et sa carrière n’est vieille que de deux ans. « Dôdô », « M’dolé », « Ma bague d’abord » et encore plus récemment « My lover » ont suffi à faire d’elle une artiste de renom. Tanya est une jeune artiste dont l’âge est compris entre 20 et 30 ans qui sait ce qu’elle veut et le prix à payer. « J’aime le hip-hop. Mais comme ça ne marche pas bien, je fais de l’Afro-pop. Et je suis dedans à fond. 99% de mon temps. Je me cultive, je m’inspire… »

Cette jeune dame qui oscille bien sur scène et qui envoûte, au visage asiatique, après des études couronnées par une maîtrise en marketing et communication, est revenue naturellement à sa première passion. « La musique, je la fais depuis mon enfance. Après les études, je ne pouvais pas m’en passer. J’ai décidé d’assumer ». Et ce come-back, elle a eu raison de le faire. Miss Tanya est adulée par les mélomanes, les tout-petits, les grands. Sur YouTube, avec sa chanson culte « Ma bague d’abord », elle totalise plus d’un million de vues.

Un succès qui semble lui être tombé sur la tête. Jusqu’à présent, elle n’en revient pas. « Je n’arrive pas à y croire. Je ne m’attendais pas à cela. C’est vrai, je suis une bosseuse, mais avoir ce résultat en deux ans de carrière, je ne m’y attendais pas. Je n’en reviens toujours pas, et j’en suis étonnée de jour en jour », confesse la jeune musicienne.

Aujourd’hui, si elle manie bien l’anglais dans ses créations artistiques, elle en est redevable à son paternel. « Pendant les vacances, les autres profitaient de ces temps et moi, je traversais la frontière à vélo pour me rendre à Ouidana (ndlr : une localité ghanéenne limitrophe de Cinkansé où elle est née et où elle a grandi) pour prendre des cours d’anglais », explique Miss Tanya.

Même si elle prône la sécurisation de la relation par une bague, elle-même n’a pas encore franchi le pas; elle n’a pas de bague au doigt.

Lévi Constantin Konfé

Encadré : la transcription de « Ma bague d’abord »

Hopa, Miss Tanya,

Doucement, mon chéri doucement (Bis)

Go run down, oh baby go run down (Bis)

If you love me like you say then follow me to my mom, to my dad and my God (bis)

It’s true love I don’t know I don’t know (Ter)

Fo yeela maam ti fo rata maam n na maan f paaga

Yuum sen loogde f ket ka wa yand mam buuda

Pour ça il faut que tu vois ma mère et tu vois mon père

Si tu dis vrai passe-moi la bague au doigt

Sinon le way là tu n’auras pas

Ce que tu veux là tu n’auras pas

Le way que tu vois là tu n’auras pas

Oh non tu n’auras pas



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire