Cameroun: Camair-co – Le dialogue rétabli


C’est la principale leçon à tirer de la concertation entre le ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Grégoire Owona, la direction générale et le personnel, le 30 décembre dernier à Douala.

Le 30 décembre dernier marquera sans doute un tournant dans la crise qui oppose, depuis quelques mois, la direction générale de la Camair-Co à une partie de son personnel. Une crise qui va connaître son point d’orgue avec une note du directeur général, Louis Georges Njipendi Kuotu, en date du 18 décembre 2020, « communiquant la liste de 130 travailleurs proposés pour le licenciement pour motif économique après la période de six mois de leur chômage technique ». Critères retenus « par ordre de priorité, les aptitudes professionnelles, l’ancienneté dans l’entreprise et les charges familiales des travailleurs ». Il n’en fallait pas plus pour faire bondir le personnel qui menaçait de faire grève. Situation qui a provoqué la tenue de la réunion du 30 décembre dernier avec le ministre Grégoire Owona.

Tenue à huis clos, la réunion a duré de longues heures, et rien ou presque n’a filtré des discussions entre les différentes parties qui, au sortir, se sont cependant félicitées de la reprise du dialogue. Dialogue dont la rupture semblait ce que le personnel reprochait le plus au top management. « Le dialogue est bien rétabli et se poursuit, la restructuration de la Camair-Co aussi. Et nous voyons que le travailleur est à l’honneur, avec les décrets du chef de l’Etat qui montrent qu’il est à leur écoute. L’âge de la retraite remonte, s’uniformise et tout cela sans qu’on ait eu à faire des marches, casser, etc. Les études ont été menées et les choses vont au mieux. C’est ce Cameroun prospère et calme que nous essayons de cultiver. Le dialogue se poursuit donc à la Camair-Co et les résultats sont attendus au bout du processus », a déclaré le ministre Grégoire Owona.

Côté employés, on ne dira pas autre chose : « Les travaux se sont bien déroulés parce que le dialogue va reprendre, et c’était ce que nous déplorions le plus ici. Nous allons trouver des solutions avec la direction générale pour discuter des problèmes des travailleurs », a confié une responsable maison. Ne restait plus alors à Louis Georges Njipendi Kuotu que de s’en féliciter et de reprendre date le plus tôt avec ses interlocuteurs. Ces derniers l’attendent en bout de piste, bien conscients de l’étroitesse de sa marge de manœuvre, du fait des contraintes financières de l’entreprise qui commençait pourtant déjà à voir son ciel s’éclaircir.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire