Cameroun: Cinéma – Grandes premières au féminin


La dernière semaine de l’année 2020 a été marquée à Yaoundé par les projections de deux films de femmes : « Aline » et « Irrational Love ».

Les 29 et 30 décembre derniers, les femmes ont fait leur cinéma à Yaoundé. C’était à l’occasion des Premières des films « Aline » et « Irrational Love », portés par Muriel Blanche et Chelsy Suzy, en termes de production et de casting. Pour le premier film, la salle des fêtes de la Croix-rouge de Yaoundé s’est muée en salle obscure. « Aline » coproduit par Envoûté Entertainment de Muriel Blanche et la plateforme de streaming camerounais Cinaf. Ambiance surchauffée. Kareyce Fotso, auteure de la bande originale de ce long métrage réalisé par Salem Kedy, a transposé en musique l’intensité du film, dans lequel Muriel Blanche incarne un personnage de femme courageuse, surmontant avec bravoure toutes les difficultés de la vie pour ses deux enfants.

Une leçon de témérité saluée par le public, venu en masse assister à la naissance de ce nouveau « bébé » cinématographique. Même les trois interruptions du film survenues durant la projection n’ont pas éteint la flamme des spectateurs, qui ont fait salle comble. Faute de places, certains n’ont pas pu prendre part à cet évènement annoncé en grande pompe sur les réseaux sociaux. De nombreux cinéphiles espèrent que de nouvelles projections d’« Aline » seront organisées afin qu’ils puissent se rattraper. Pour le moment, aucune information n’a été dévoilée à ce sujet par l’équipe du film.

Le flambeau a ensuite été passé le lendemain à Empire Movie de la productrice, Chelsy Suzy, qui a dévoilé son film « Irrational Love » à la Place Saint Josué de Yaoundé. Contrairement au public de Douala qui a affronté des problèmes techniques, les cinéphiles de Yaoundé ont pu découvrir ce film autour de quatre amies, toutes en couple. La première (Syndy Emade) a tout pour plaire. Elle est riche et belle, mais ne parvient pas à se faire aimer et accepter par son gigolo de mari. La deuxième (Chelsy Suzy) ne veut pas s’engager, passant d’un homme à un autre. La troisième (Marcelle Kuetche) est une étudiante qui finit par tomber amoureuse de son encadreur académique tandis que la dernière (Passy Ngah) est d’une jalousie maladive. Le scénario plat d’« Irrational Love » a été rattrapé par la performance du casting, entre autres Alain Bomo Bomo, Mamiton, Syndy Emade, Marcelle Kuetche, Passy Ngah, Hervé Nguetch, Serge Belang, Daniel Nsang.

Ce problème de scénario était également retrouvé dans « Aline ». C’est ce qui a poussé la scénariste et réalisatrice, Françoise Ellong à qualifier le film « d’une œuvre pour un public non exigeant ». Il faut néanmoins relever que ce ne sont pas des films d’auteur, mais plutôt des « home movies », des films populaires produits pour le grand public. Ce dernier était d’ailleurs très réceptif à cette semaine riche en 7e art et femmes fortes dans la capitale.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire