Cameroun: Education – Le deuxième trimestre sur les rails


La reprise des cours est effective depuis hier sur l’ensemble du territoire national, dans le respect des mesures barrières pour poursuivre la lutte contre le Covid-19.

Ambiance studieuse hier matin au Lycée général Leclerc à Yaoundé. 8h, élèves et enseignants étaient déjà en classe. Dans le bloc administratif, le travail bat également son plein. Dans le secrétariat du proviseur par exemple, c’est le ballet des nouveaux enseignants qui viennent signifier leur présence au chef de l’établissement.

Preuve que le deuxième trimestre est entamé ici. « Les enseignants, le personnel administratif et les élèves sont présents pour ce premier jour de classe du deuxième trimestre. Le chef de l’Etat a attiré notre attention sur la nécessité de continuer à respecter les mesures barrières pour lutter contre le Covid-19. Nous veillons à ce que les élèves qui entrent arborent leurs masques et qu’ils se lavent les mains avant d’entrer en salle. Le système de mi-temps continue, Madame le ministre vient de nous faire parvenir de nouveaux enseignants pour combler le déficit », explique André Fouda proviseur du Lycée général Leclerc de Yaoundé.

Ambiance similaire au Cetic de Ngoa-ekelle. Ici, les cours ont commencé. Mais on note la présence de quelques élèves dans la cour de récréation. « Ils sont arrivés après l’heure et l’enseignant a demandé qu’ils restent dehors, ainsi ils seront à l’heure la prochaine fois », explique le vigile en faction. Même ambiance à l’école publique du Centre administratif de Yaoundé. Ici également, les cours sont effectifs depuis 7h30. L’établissement a reçu une délégation du ministère de l’éducation de base qui a fait le tour pour se rassurer de la présence des instituteurs et des apprenants.

Pour cette seconde phase de l’année scolaire, élèves, enseignants et responsables comptent mettre les bouchées doubles pour réussir ce trimestre décisif. Pour André Fouda, proviseur du Lycée général Leclerc, le challenge est de couvrir qualitativement et quantitativement les programmes. « Nous pensons que nous allons réaliser cet exploit. Nous sommes à plus de 60%, et nous pensons que les 40% restants seront atteints ce trimestre-ci car le troisième trimestre est juste indicatif, consacré davantage aux examens officiels », fait savoir le responsable. Pour Mathias Mbida, enseignant de Littérature, il ne faut pas manquer le coche, particulièrement en ce qui concerne les candidats aux examens officiels. « Le deuxième trimestre est assez long mais il est régulièrement entrecoupé par des fériés, comme celui de la fête de la jeunesse, durant laquelle toute une semaine est handicapée par des activités extrascolaires », souligne l’enseignant. Pour lui, les élèves ne doivent pas perdre de vue leurs objectifs.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire