Cameroun: Concours de beauté – Les projets de Miss Orangina


Julie Urielle Sutchueng Tchuente, étudiante en 5e année de médecine, élue le 19 décembre dernier à Kribi, œuvre contre les grossesses précoces et leur impact sur les jeunes filles.

Julie Urielle Sutchueng Tchuente est étudiante en 5e année de médecine à la Faculté de médecine et des sciences biomédicales (FMSB) de l’Université de Yaoundé I, à seulement 21 ans. Et son intelligence ne se reflète pas seulement dans ses études, mais aussi dans son discours cohérent et la mission précise qu’elle s’est fixée depuis quelques années maintenant : lutter contre les grossesses précoces et leurs conséquences désastreuses sur les jeunes filles, qu’elles soient scolaires, médicales ou économiques. Autant d’éléments, en plus de sa belle plastique, qui ont convaincu le jury du concours de beauté Miss Orangina de l’installer sur la plus haute marche du podium, le 19 décembre 2020 à Kribi.

La Miss Orangina Cameroun 2020 a donc été dévoilée le 30 décembre dernier lors d’une conférence de presse à l’Hôtel Akwa Palace à Douala. Occasion pour le responsable de la marque, Yves Djoko, de justifier le choix de Julie Urielle Sutchueng Tchuente, qui est aussi une transition vers la nouvelle formule du concours de beauté organisé par la Société anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC), inscrite dans le Women empowerment : « Le nouveau nom, dès 2021, ce sera Miss Orangina Women Award. Nous pensons que si la beauté nécessite un hommage, la femme doit être célébrée sous toutes ses facettes. Nos sœurs doivent évoluer et avoir des têtes bien faites. »

La tête bien faite dans ce cas-ci, c’est Julie Urielle dont les combats s’inspirent de son expérience sur le terrain, à travers des stages, notamment en santé communautaire. « L’an dernier, on a organisé une causerie éducative avec des jeunes filles à Bangangté (région de l’Ouest, Ndlr). La deuxième, nous comptons la faire à Bankim dans l’Adamaoua. Nous parlerons entre autres des méthodes contraceptives. En plus de ces conférences en présentiel, parce que nous ne pourrons pas aller partout, nous ferons passer nos messages aussi à travers les réseaux sociaux », précise Miss Tchuente.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire