Affaire Pierre Meyer : La Grande chancellerie décide sa suspension des Ordres burkinabè


Dans un post sur sa page Facebook, M. Pierre Meyer, enseignant de droit à l’université Thomas Sankara avait dit avoir jeté à la poubelle les décorations à lui remises par le Burkina, parce que le pays avait milité pour la non reconnaissance des droits des minorités sexuelles. En réaction à cette déclaration, la Grande chancellerie des Ordres burkinabè a décidé de le suspendre des Ordres et donc du bénéfice de toutes les décorations qu’il a reçues. C’est ce qui ressort de ce compte rendu de la session du conseil de discipline des Ordres Nationaux.

Compte rendu de la session du conseil de discipline des Ordres Nationaux

Sur invitation du Grand Chancelier des Ordres Burkinabè, une session du Conseil disciplinaire des Ordres Nationaux s’est tenue le Mercredi 23 Décembre 2020 de 11 H 00 à 13 H00 dans la salle de conférence de la Grande Chancellerie des Ordres Burkinabè. Présidé par le Colonel André Roch COMPAORE, Grand Chancelier des Ordres Burkinabè, les travaux ont porté sur la publication de Pierre Meyer, Professeur de Droit à l’Université Thomas Sankara, sur sa page Facebook, concernant les décorations burkinabè.

De la présentation de la situation :

Après l’introduction de Monsieur le Grand Chancelier des Ordres Burkinabè, les membres du conseil ont pris connaissance des propos du Professeur Pierre Meyer. Dans son écrit, il déclare : « il parait qu’il y a des décorations à Kossyam ces derniers jours. Cela me rappelle que j’ai été décoré de toutes sortes d’ordres du Burkina (mérite, national, palmes académiques) et que j’ai tout jeté à la poubelle lorsqu’au conseil des droits de l’Homme (il y déjà quelques années) le Burkina s’est affiché à la tête d’un groupe d’états s’opposant (fort heureusement sans succès) à la nomination d’un rapporteur spécial sur les droits des personnes LGBTQI. C’était en effet une véritable honte d’être décoré par un tel état. »

Au regard de l’indignation suscitée par les propos de Meyer au niveau de l’opinion nationale, surtout à travers les réseaux sociaux, le conseil de discipline des Ordres a pris acte de la gravité de la situation et a estimé nécessaire d’apporter une réponse à la hauteur de la faute commise. Son acte a été qualifié d’intolérable, et d’insulte à la Nation Burkinabè.

De l’analyse de la situation :

Pour qualifier l’acte posé par Monsieur MEYER Pierre Léon Jean Ghislain et appliquer la sanction disciplinaire adéquate, le conseil s’est référé aux dispositions prévues par les textes en vigueur en l’occurrence le Décret n°2018-0790/PRES/GC du 03 septembre 2018, portant institution, organisation et fonctionnement des Ordres burkinabè. Dans les articles 47, 49 et 50 du décret ci-dessus cité, les sanctions disciplinaires à l’encontre des membres des Ordres sont dans l’ordre croissant de gravité :

  L’avertissement

-  La suspension

-  L’exclusion

Lorsqu’un membre des Ordres s’adonne à des pratiques attentatoires à l’honneur et à la dignité, comme le présent fait, la sanction applicable est la suspension. Dans ce cas, il existe la procédure normale et la procédure d’urgence :

-  Selon la procédure normale, précisée par l’article 56, l’intéressé est informé par le Grand chancelier de l’ouverture d’une action disciplinaire à son encontre. Il est invité, à cette occasion a produire, dans un délai qui ne peut être inférieur à un (1) mois, ses explications et sa défense au moyen d’un mémoire. A l’expiration de ce délai et avant que le conseil disciplinaire des Ordres soit appelé à se prononcer, un délai supplémentaire de quinze (15) jours calendaires peut être accordé à l’intéressé sur demande justifiée de sa part. Il présente personnellement sa défense devant le conseil disciplinaire des Ordres.

-  Selon la procédure d’urgence, prévue à l’article 59, le Grand chancelier des Ordres burkinabè, estimant que le mis en cause ne saurait profiter des délais que nécessite l’instruction normale de sa cause pour continuer à se prévaloir de son titre de membre et des prérogatives qui s’y attachent, au regard de la gravité des faits reprochés, prononce par arrêté une suspension provisoire immédiate, sans préjudice de la décision définitive qui sera prise à l’issue de la procédure normale.

Des conclusions et recommandations :

Au regard de la gravité des faits qualifiés d’attentatoires aux valeurs de notre pays et d’outrage aux symboles de l’Etat, que sont reprochés à Monsieur MEYER Pierre Léon Jean Ghislain, le conseil disciplinaire des Ordres Nationaux a proposé la mise en œuvre de l’article 59. Il a donc été recommandé au Grand Chancelier des Ordres Burkinabè la procédure d’urgence, à savoir la suspension à titre provisoire par arrêté, de Monsieur MEYER Pierre Léon Jean Ghislain des Ordres Burkinabè en attendant une décision définitive qui sera prise par décret au terme de la procédure normale par le Grand Maître des Ordres Burkinabè.

Par ailleurs, le conseil a recommandé la relecture du Décret n°2018-0790/PRES/GC du 03 septembre 2018 portant institution, organisation et fonctionnement des Ordres Burkinabè afin que la sanction de dernier degré à savoir, l’exclusion, soit applicable à de pareils actes. Il souhaite également que les dispositions applicables à de tels cas fassent l’objet d’un complément au code pénal.

Avant de lever sa séance, le conseil a souhaité qu’une communication soit faite sur les décisions et recommandations issues des travaux de la présente session afin de mieux informer le public.

Colonel André Roch COMPAORE

Grand-Croix de l’Ordre de l’Etalon

——————-

Arrêté portant suspension à titre provisoire de Monsieur MEYER Pierre Léon Jean Ghislain des Ordres Burkinabè

PRESIDENCE DU FASO BURKINA FASO

- =-=-=-=-=-= ———-

GRANDE CHANCELIER Unité-Progrès-Justice

DES ORDRES BURKINABE

Arrêté n°2020 20- 001/PRES/GC Portant suspension à titre provisoire de Monsieur MEYER Pierre Léon Jean Ghislain des Ordres Burkinabè.

LE GRAND CHANCELIER

DES ORDRES BURKINABE,

VU la Constitution ;

VU le Décret n°2019-0004/PRES du 21 janvier 2019, portant nomination du Premier Ministre ;

VU le Décret n° 2019-0042/PRES/PM du 24 janvier 2019, portant Composition du Gouvernement ;

VU le Décret n°2019-00139/PRES/PM/SGG-CM du 18 février 2019, portant attributions des membres du Gouvernement ;

VU la Loi n°7-92/ADP du 14 décembre 1992, portant changement d’appellation de la Grande Chancellerie des Ordres Révolutionnaires du Burkina Faso ;

VU le Décret n°2015-893/PRES-TRANS du 19 Juillet 2015, portant nomination d’un Grand Chancelier des Ordres Burkinabè ;

VU le Décret n°2018-0790/PRES/GC du 03 septembre 2018, portant institution, organisation et fonctionnement des Ordres Burkinabè ;

VU le Décret n°2018-0791/PRES/GC du 03 septembre 2018, portant organisation, attributions et fonctionnement de la Grande Chancellerie des Ordres Burkinabè ;

VU le Décret n°2000-229/PRES/GC du 02 juin 2000, portant nomination à titre exceptionnel dans l’Ordre du Mérite Burkinabè ;

VU le Décret n°2008-689/PRES/GC du 03 novembre 2008, portant élévation, promotion et nomination à titre normal, à titre exceptionnel et à titre posthume dans l’Ordre National à l’occasion du 11 décembre 2008 ;

VU le Décret n°2010-533/PRES/GC du 21 septembre 2010, portant promotion et nomination à titre normal et à titre exceptionnel dans l’Ordre des Palmes académiques à l’occasion du 11 décembre 2010 ;

VU les Déclarations de Monsieur MEYER Pierre Léon Jean Ghislain en date du 07 décembre 2020 sur sa page Facebook relatives à ses décorations portant atteinte à l’honneur et à la dignité ;

A R R E T E

ARTICLE 1 :L’exercice des droits et prérogatives que confère la qualité de

membre de l’Ordre de l’Etalon, de membre de l’Ordre du Mérite

Burkinabè et de membre de l’Ordre des Palmes Académiques, par

Monsieur MEYER Pierre Léon Jean Ghislain est suspendu à titre

provisoire, notamment le droit de port des insignes d’une

décoration Burkinabè et de toute décoration étrangère dont

l’autorisation est délivrée par le Grand Chancelier des Ordres

Burkinabè.

ARTICLE 2 : Le Secrétaire Général de la Grande Chancellerie des Ordres

Burkinabè est Chargé de l’application du présent arrêté qui sera

notifié à l’intéressé, enregistré, communiqué partout où besoin sera

et publié au Journal Officiel du Faso.

Ouagadougou, le 20 Décembre 2020

Colonel André Roch COMPAORE

Grand-Croix de l’Ordre de l’Etalon

https://web.facebook.com/Grande-Chancellerie-des-Ordres-Burkinab%C3%A8-391814388282454





Burkina

A lire aussi

Laisser un commentaire