Afrique du Sud: Or à Johannesburg – Propriété d’une société malienne ?


Alors que les investigations avancent à pas de géant au pays après la consigne du Chef de l’État à ce que la lumière soit faite sur l’affaire, une société malienne avec documents à l’appui affirme être le propriétaire de l’or.

Installée à Bamako, la société SGM a montré l’autorisation de transport des objets vers Dubaï pour une société preneuse que nous mentionnons toujours sous couvert de l’initial PGJT, ayant son siège à Deira. Facture à l’appui, portant la référence 25XXX/BTG/20 en date du 26/12/20, la SGM confirme être le propriétaire des 73,5 kilos d’or. Sous cet angle et selon les documents, ces objets valeureux – dont la valeur en ariary dépasse la capacité d’une calculette- ne proviennent pas de Madagascar. « Nous sommes à même de prouver l’itinéraire emprunté par cette marchandise avec les documents fournis par la douane malienne », a affirmé une source qui a préféré garder l’anonymat. Quid de l’implication des trois malgaches dans ce cas ?

Sur ce point, la SGM déclare que ces gens sont leurs partenaires commerciaux. « Ils étaient accrédités par la société pour assurer le transport et la transaction des marchandises à Dubaï. Il est tout à fait normal qu’ils n’aient pas des papiers administratifs malgaches pour effectuer cette tâche puisque leur travail ne relève pas du pays. A propos de leur voyage, il n’y avait rien d’irrégulier puisqu’il n’y a aucune contrainte concernant les voyages d’affaire », selon toujours la même source proche de la SGM. Une manière pour cette dernière de dédouaner les deux personnes écrouées à Johannesburg « qui n’ont fait que leur travail ».

Une analyse géologique est actuellement requise par la société S.G.M pour démontrer que l’or ne provient pas de Madagascar mais est purement malien. L’État malgache, de son côté, coopère diplomatiquement avec l’Afrique du Sud pour le rapatriement au pays des personnes impliqués et des objets en question. Sur cette affaire, la situation s’annonce davantage compliquée avec cette société qui a brisé le silence en réclamant ses biens. Une piste à explorer pour les investigateurs…



Read more

A lire aussi

Laisser un commentaire