Brexit : un impact commercial masqué par les ravages du Covid



Publié le 13 janv. 2021 à 6:30

Le vaste deal conclu in extremis entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à la fin de l’année dernière va évidemment permettre de limiter le coût du Brexit pour les deux partenaires. Mais comme le souligne une étude d’Euler Hermes, les exportateurs vont profiter en ce début 2021 de deux autres avantages : la période de transition de six mois supplémentaires accordée par le gouvernement britannique pendant laquelle les contrôles à la douane à l’entrée au Royaume-Uni monteront en puissance progressivement ; et le contexte de ralentissement économique lié au Covid-19, qui a pour effet d’alléger l’impact logistique du divorce. « Les entreprises européennes limiteront les pertes pour 2021 » avec une contraction de leurs exportations de « moins de 10 milliards d’euros », en conclut l’économiste en chef de l’assureur crédit, Ana Boata. L ‘estimation antérieure d’Euler Hermes avancée en octobre dernier, en plein suspense sur l’issue des négociations, atteignait 18 milliards.

Le plus grand perdant aujourd’hui resterait l’Allemagne (-2 milliards), devant les Pays-Bas (-1,2 milliard) et la France (0,9 milliard). Un impact assez faible au total, puisqu’il représente moins de 0,5 % des exportations des pays concernés.



A lire aussi

Laisser un commentaire