Cameroun: Conseil régional de l’Adamaoua – Le président prête serment


Le Dr Mohamadou Dewa a juré hier, 11 janvier, de remplir fidèlement sa mission devant la barre de la Cour d’appel.

La salle d’audience de la Cour d’appel de l’Adamaoua s’est avérée exiguë pour contenir la foule venue assister à la prestation de serment du premier président du Conseil régional de l’Adamaoua, le Dr. Mohamadou Dewa. Autorités traditionnelles, administratives, religieuses, membres de la famille et autres connaissances n’ont pas voulu rater ce rendez-vous. C’était hier 11 janvier en présence du gouverneur de la région de l’Adamaoua, Kildadi Taguiéké Boukar. Cette audience solennelle était présidée par le magistrat hors hiérarchie Roger Kamtchoum, président de ladite cour. Durant cette cérémonie, l’on a eu droit aux réquisitions du ministère public faites par le procureur général, Christian Ndanga Dogoua.

À l’image d’un jeune marié dans une chapelle, l’impétrant a fait son entrée comme le veut le rituel dans les juridictions en pareille circonstance. Les réquisitions du rôle de cette audience solennelle ont retracé les différents processus électoraux et élections organisées dans notre pays pour mener à bien la décentralisation. A ce sujet, le procureur général s’est inspiré du récent discours du chef de l’État à la nation le 31 décembre dernier. Le magistrat hors hiérarchie souligne que dans cette mission exaltante, le président du Conseil régional de l’Adamaoua doit travailler dans une franche collaboration avec le représentant de l’État.

Élu président du Conseil régional de l’Adamaoua au cours de la session de plein droit du 22 décembre dernier avec 85 voix, le Dr Mohamadou Dewa a tenu à satisfaire aux exigences de l’article 310 du Code général des collectivités territoriales décentralisées. C’est donc à haute et intelligible voix qu’il a prononcé cette phrase devant témoins : « Je jure sur l’honneur et m’engage à servir les intérêts de la région et à remplir loyalement et fidèlement mes fonctions sans discrimination ni favoritisme dans le respect de la loi et conformément aux valeurs de la démocratie et aux principes de l’unité et de l’intégrité de la République. » Après l’engagement prononcé par le président du Conseil régional de l’Adamaoua, le président de la Cour d’appel a déroulé le CV de cet homme politique, militant et membre du Comité central de l’Union nationale pour la Démocratie et le Progrès depuis 25 ans. Agé de 60 ans, médecin-vétérinaire de formation et vice-président de la Chambre d’agriculture jusqu’à son élection, la cour a indiqué qu’il a tous les atouts pour mener sa barque à bon port.

Puisqu’il n’y a pas de pouvoir sans responsabilités, la cour lui a signifié ses engagements en six points, avec un accent sur la fidélité, la loyauté, l’égalité des citoyens et surtout, le respect de l’unité et d’intégrité. Ceci, tout en lui rappelant que tout manquement dans sa gestion l’expose, au-delà de sa mise en débet, à des poursuites judiciaires. Par cette prestation de serment, la décentralisation prend désormais son envol pour le développement de la région de l’Adamaoua.



allafrica

A lire aussi

Laisser un commentaire