L’Allemagne durcit les conditions d’entrée sur son territoire



Publié le 13 janv. 2021 à 17:35Mis à jour le 13 janv. 2021 à 17:45

Le ministre de la Santé allemand a annoncé mercredi un nouveau tour de vis sur les conditions d’entrée outre-Rhin de voyageurs en provenance de régions à risques, soit près de 160 pays répertoriés par l’Institut Robert Koch. A compter du 14 janvier, les voyageurs y ayant résidé dans les dix jours précédents leur déplacement devront présenter une attestation médicale ou un résultat de test négatif de type PCR au plus tard deux jours après leur arrivée.

Les conditions sont plus strictes encore pour les personnes issues de régions « particulièrement touchées » ou enregistrant de fréquents cas de nouveau variant du Covid, comme actuellement en Grande-Bretagne, en Irlande et en Afrique du sud. Celles-ci devront, avant même de passer la frontière allemande, présenter aux autorités un test négatif obtenu dans les 48 heures avant leur départ.

Vers une prolongation du confinement

Ces restrictions s’ajoutent à l’obligation pour tout voyageur de respecter une quarantaine durant dix jours après son arrivée outre-Rhin. Laquelle ne peut être réduite qu’avec un nouveau dépistage fait cinq jours après le début de l’isolement. Le ministère précise que tous ces tests seront à la charge des voyageurs.

Critiqué pour le manque de vaccins et le déploiement jugé trop lent des doses dans le pays, et alors que l’Allemagne ne parvient pas à ralentir la course meurtrière du coronavirus – le pays a encore enregistré 1.060 morts mercredi -, Berlin n’exclut plus non plus une prolongation voire un durcissement des restrictions au-delà du 31 janvier.

Le port du masque FFP2 étendu

Le président des libéraux, Christian Lindner, a lui-même appelé mercredi au Bundestag le gouvernement à étudier la généralisation du port d’un masque FFP2 plus protecteur dans les transports publics et les magasins. Une mesure que la Bavière a déjà décidé d’imposer à ses habitants à partir de la semaine prochaine.

Avant que le vaccin ne protège suffisamment de monde, lequel ne saurait être obligatoire, martèle le ministre de la santé, « nous devrons encore pendant un certain temps faire attention aux uns et aux autres. Respect des distances, des mesures d’hygiène, port du masque resteront une nécessité », a prévenu Jens Spahn.



A lire aussi

Laisser un commentaire