la mémoire en danger de Faustin Kagame

L’Afrique n’aime pas nommer la maladie quand elle survient. Mon vieil ami Faustin Kagame, mémorialiste du Rwanda d’hier, d’avant-hier et d’aujourd’hui, a mal à sa mémoire, grignotée par un démon qui a pour nom Alzheimer. Et il préfère qu’on en parle. Il porte le patronyme rwandais qui, d’un bout à l’autre de la planète, est de loin le plus connu. Celui de Paul Kagame, président adulé par les uns ou honni par les autres. Celui aussi de l’abbé Alexis Kagame, théologien et historien emblématique du Rwanda pré-colonial, colonial et…

Lire la suite

[Tribune] Comment l’abolition de l’esclavage a légitimé le travail forcé colonial en Afrique de l’Ouest

L’abolition de l’esclavage en 1848 a-t-elle laissé la place à une pratique plus servile, qui assujettie celui qui met à disposition sa force de travail au profit celui qui possède le capital ? Romain Tiquet chercheur au CNRS et à l’institut des mondes africains revient sur la manière dont les colons ont progressivement imposé le travail forcé dans les colonies africaines. Cette tribune a initialement été publiée sur le site de The Conversation. Par Romain Tiquet, chercheur CNRS, Institut des mondes africains (IMAF), Aix-Marseille Université (AMU) Fin août cette année, le…

Lire la suite

« Mon passage en Algérie m’a bouleversé »

Le Comte de bouderbala (Sami Ameziane) © Ben Dauchez L’humoriste franco-algérien, Sami Améziane de son vrai nom, revient avec un film et un livre. Il évoque pour nous sa conception du métier, ses projets artistiques et un épisode qui l’a beaucoup marqué : son retour, en 2000, dans le pays de ses parents en tant que basketteur professionnel. Son pseudo à particule avait fini par effacer son vrai nom. Le comte de Bouderbala (c’est-à-dire le comte des gueux, « bouderbala » signifiant « haillons », en arabe dialectal), ce sont des sketches à millions…

Lire la suite

le premier roman prometteur de Yancouba Diémé

Avec son premier roman, Boy Diola, Yancouba Diémé rend hommage à ses parents, immigrés sénégalais en France, qui jamais ne se laissèrent maltraiter. Alors qu’une affaire de famille sulfureuse a agité la rentrée littéraire française, Yancouba Diémé nous parle aussi de son père. Le parallèle avec Orléans, de Yann Moix, s’arrête là : Boy Diola, premier roman, est un hommage. L’écrivain de 29 ans nous fait découvrir des tranches de la vie de son père, de sa jeunesse dans son village de Casamance (Sénégal) à son quotidien en France. Une…

Lire la suite

Kenneth Izedonmwen, créateur des traditions de demain

Puisant dans la culture textile de son pays, le Nigérian Kenneth Izedonmwen a conquis la fashion sphère en à peine trois ans. Si, en cette année 2019, il est passé tout près du très convoité prix LVMH, le Nigérian Kenneth Izedonmwen peut d’ores et déjà se targuer d’avoir tapé dans l’œil du premier groupe mondial de luxe. Mais aussi d’avoir vu défiler, pour sa griffe Kenneth Ize, Naomi Campbell – devenue l’une de ses plus ferventes clientes –, aux côtés du jeune mannequin Alton Mason – nouvelle coqueluche de la fashion…

Lire la suite

À Dakar, la galerie d’Océane Harati Dakar, un refuge pour artistes et collectionneurs

La Sénégalaise Océane Harati est à la tête d’OH Gallery, un espace conçu comme un refuge pour artistes, collectionneurs et visiteurs. «L’art et la culture sont l’apanage des plus grands », affirme Océane Harati, 27 ans, qui, en novembre 2018, a ouvert sa galerie à Dakar. Si son espace se situe dans un immeuble classé monument historique, dans le quartier du Plateau, elle n’en divulgue l’adresse exacte à son visiteur qu’au dernier moment et après avoir pris rendez-vous. « Plusieurs facteurs, comme le fait que je sois seule à tout faire…

Lire la suite

Skila vise le marché international avec ses écharpes en soie « 100% fait main »

Après trois ans d’activité et deux levées de fonds réussies, la maison Skila, créatrice d’étoles et d’écharpes, s’internationalise et compte développer de nouvelles gammes. dans ce dossier La Tunisie en pleine révolution culturelle En arborant une écharpe de soie bleue signée Skila lors de sa visite à l’Alliance française de Tunis, en février 2018, le président Emmanuel Macron portait un double symbole : celui d’une jeune entreprise tunisienne et celui du tissage de la soie, un savoir-faire presque tombé en désuétude. Avec le déclin du secteur textile, la bourgade de Sakiet…

Lire la suite

Avec « Jesus Is King », Kanye West essaie de redorer son blason

Kanye West, le 6 novembre 2019 à New York. © Evan Agostini/AP/SIPA Après ses dernières saillies (soutien à Donald Trump, affirmations selon lesquelles les esclaves avaient choisi leur condition…), Kanye avait bien besoin de redorer son blason. Et quoi de mieux qu’un petit passage par le confessionnal pour s’offrir une rédemption express ? Son neuvième album, Jesus Is King, est autant une ode sincère au Tout-Puissant qu’une mise en scène de sa propre mutation religieuse. Car l’ultra-mégalo « Yeezus » a changé. Depuis janvier, le rappeur donne des offices, les « Sunday Service »,…

Lire la suite

L’ex-président burkinabè Jean-Baptiste Ouédraogo écrit sur Thomas Sankara et Blaise Compaoré

Jean-Baptiste Ouédraogo, lorsqu’il était président de la Haute Volta, en 1983 (archives). © DR / Capture d’écran Youtube Longtemps tenu au silence, l’ancien président Jean-Baptiste Ouédraogo s’apprête à donner sa version de l’une des pages les plus controversées de l’histoire du Burkina : le coup d’État de Thomas Sankara qui mit fin à son régime, le 4 août 1983. Dans Ma part de vérité, « actuellement [déposé] chez [son] éditeur », il raconte aussi les coulisses de la création du Comité du salut du peuple, dont il fit partie et qui renversa son…

Lire la suite

Youssef Nabil, des clichés pour ressusciter l’âge d’or sensuel du cinéma égyptien

Le photographe Youssef Nabil présente son univers recolorisé jusqu’au 12 janvier à l’Institut du monde arabe de Tourcoing, dans les Hauts-de-France. Son ambition : pérenniser l’âge d’or sensuel du cinéma égyptien. « L’accrochage a été réalisé sans tenir compte de la chronologie », prévient en préambule de la visite Françoise Cohen, directrice de l’Institut du monde arabe de Tourcoing, qui a assuré le commissariat de l’exposition. La remarque pourrait presque passer pour de l’ironie tant les images de Youssef Nabil semblent toutes figées dans un passé lointain et impossible à dater. Natacha Atlas,…

Lire la suite