une mer entre Bilal et Léa – Jeune Afrique

« Ce qui nous sépare » de Hélène Aldeguer, est paru aux éditions Futuropolis (108 pages, 18 euros). © EDITIONS FUTUROPOLIS Avec son nouvel album, « Ce qui nous sépare », l’autrice-dessinatrice Hélène Aldeguer explore l’intimité difficile d’un couple « mixte ». Sans s’émanciper des clichés. Il s’appelle Bilal, il est tunisien. Elle s’appelle Léa, elle est française. Ils s’aiment, mais… Ce qui nous sépare est la nouvelle bande dessinée d’Hélène Aldeguer, déjà autrice aux éditions Futuropolis de l’ouvrage Après le printemps : une jeunesse tunisienne. Ici, elle explore dans un style épuré l’intimité…

Lire la suite

Littérature – Tassadit Imache, l’écrivaine sans étiquette – Jeune Afrique

Tout au long de son parcours d’auteure, et malgré le poids des injonctions, la Franco-Algérienne Tassadit Imache a suivi la ligne de son écriture et de ses questionnements. En 1989, Tassadit Imache figurait parmi les auteurs à suivre lors de la rentrée littéraire selon… Jeune Afrique. Elle sortait alors son premier roman, Une fille sans histoire. Il y était déjà question d’identité, de mémoire, de la façon d’habiter l’une et de transmettre l’autre. Dans Fini d’écrire !, Tassadit Imache explore son propre parcours à travers son œuvre et quelques tranches…

Lire la suite

Et il est comment le dernier… Ray Lema ? – Jeune Afrique

Le pianiste congolais Ray Lema lors du JazzKiff Festival de Kinshasa, le 13 juin 2019. © John WESSELS/AFP En réinterprétant le répertoire de Franco Luambo Makiad en juin 2019 pour la treizième édition du JazzKif Festival de Kinshasa, Ray Lema a conquis le public kinois. Un album live a été tiré de ce concert. Adolescent, Ray Lema découvrait l’orgue et les chants grégoriens au séminaire des pères blancs… mais le soir venu il allait parfois parfaire son éducation grâce aux concerts d’un artiste aux textes bien peu catholiques. Posé sur…

Lire la suite

La Belgique, toujours dans le déni de son histoire coloniale – Jeune Afrique

Alors que le roi Philippe de Belgique vient de présenter « ses plus profonds regrets pour les blessures » infligées lors de la période coloniale en RDC, peu nombreux sont les Belges connaissant l’histoire coloniale de leur pays. Une situation qui crée la frustration et la colère d’une partie de la population, désireuse de lever le voile sur cette époque. Avant de publier son livre le 14 mai dernier, Nadia Nsayi ne se doutait pas qu’elle allait prendre les devants de l’actualité. Son ouvrage, Fille de la décolonisation, retrace certes son histoire…

Lire la suite

soixante ans d’indépendance, soixante ans d’incertitude – Jeune Afrique

Soixante après l’indépendance, la RDC semble encore bien loin d’être l’État de droit dont les Congolais avaient rêvé en 1960. En accédant à l’indépendance le 30 juin 1960, le peuple congolais rêvait de vivre dans un véritable État de droit, avec une stabilité politique et démocratique, pour construire un avenir meilleur. Mais cet espoir fut de courte durée : quelques mois plus tard, l’immaturité politique des dirigeants plongeait le jeune État dans une zone de turbulences, dont les séquelles constituent les causes lointaines de l’incertitude que connaît toujours, soixante ans plus…

Lire la suite

Une arnaque aux œuvres d’art africaines usurpe le nom de l’Unesco – Jeune Afrique

Le logo de l’Unesco à l’entrée de son siège parisien, le 17 octobre 2016. © Francois Mori/AP/Sipa Une vingtaine de victimes ont perdu entre quelques milliers et 800 000 euros en pensant acheter des œuvres africaines dont l’authenticité ou l’exportation étaient frauduleusement « validées » par l’Unesco. Face à l’augmentation des escroqueries et des trafics illicites de biens culturels en provenance de l’Afrique, l’Unesco appelle à la “plus haute vigilance”. Dans un long communiqué à paraître cette semaine et auquel Jeune Afrique à eu accès, l’organisation des Nations unies met en…

Lire la suite

opération séduction pour Apple en Afrique – Jeune Afrique

Bien décidé à peser face à ses concurrents, Apple Music a étendu ses services à 25 pays du continent. Mais pour beaucoup d’internautes et d’artistes africains, les grandes plateformes de streaming musical restent inaccessibles. « J’ai découvert énormément d’artistes pendant le confinement, c’est mon devoir de les faire connaître au public », affirme Florence Ifeoluwa Otedola, alias Cuppy, DJ nigériane installée à Londres. Cette productrice influente suivie par 5,3 millions de fans sur Instagram est la nouvelle recrue d’Africa Now. Lancé en mai dernier sur la plateforme de streaming américaine…

Lire la suite

entendre la voix des héros – Jeune Afrique

Dans “Je suis Innocent”, Pierre-François Kettler se penche sur le génocide des Tutsi à travers l’histoire de Jean, un Rwandais de 7 ans obligé de se cacher dans les marais pour échapper à ses bourreaux. Le génocide des Tutsi du Rwanda reste un impensé et un impensable dans la mémoire collective. Il se raconte de plus en plus dans les livres. Je suis Innocent, de Pierre-François Kettler, se penche à son tour sur cette face sombre de l’histoire de l’humanité. Qu’il aborde par le versant de la jeunesse. Si les…

Lire la suite

À Paris, la galerie 31 Project décloisonne l’art contemporain africain – Jeune Afrique

« Now I’m white / Prolongement » de MBarka Amor © Galerie 31 Project Thématiques nouvelles, talents méconnus en France, expos métissées… Ouverte depuis un an, la galerie 31 Project donne à voir différentes facettes de la scène africaine à Paris. « Messe pour le temps présent, variations », le titre de l’accrochage collectif présenté du 23 juin au 5 septembre au 31 rue de Seine, à Paris, peut surprendre. Pourquoi avoir lancé cinq artistes issus pour la plupart des diasporas africaines, sur la piste de la plus connue des créations d’un…

Lire la suite

« Cacao », la première saga familiale africaine de Canal+ – Jeune Afrique

Depuis le 15 juin, Canal+ International diffuse une toute nouvelle série, « Cacao », réalisée par l’Ivoirien Alex Ogou. Cette fiction raconte une saga familiale sur fond d’exploitation de l’or brun en Côte d’Ivoire. Avec Cacao, Canal+ a son Dallas africain. Dans cette série originale, le cacao a remplacé le pétrole. Deux familles ivoiriennes, les Desva, des aristocrates, et les Ahitey, bruts de décoffrage, se déchirent pour en contrôler le négoce dans la ville fictive de Coadji. Au bout des deux premiers épisodes où le décor, superbe au demeurant, est planté, les…

Lire la suite