le député Hervé Berville représentera Emmanuel Macron à Kigali le 7 avril

Invité par la présidence rwandaise à participer aux 25e commémorations du génocide des Tutsi au Rwanda, Emmanuel Macron ne se rendra pas à Kigali le 7 avril. C’est le député Hervé Berville qui représentera officiellement le président français, accompagné d’une délégation de parlementaires. Ce ne sera finalement pas Emmanuel Macron mais Hervé Berville. Selon nos informations, le président français sera officiellement représenté par le député La République en marche (LREM) de la 2e circonscription des Côtes d’Armor lors de la 25e commémoration du génocide perpétré contre les Tutsi au…

Lire la suite

l’histoire derrière le sac « Tais-toi » de Maureen Kim

Le modèle « Tais-toi », de Maureen Kim. © Maureen Kim À seulement 23 ans, la Camerounaise Maureen Kim est à la tête de la marque de maroquinerie qu’elle a lancée avec son père et qui porte son nom. Originaire du Cameroun, Maureen Kimberley Siadjeu est née à Charleroi, en Belgique. Elle a 5 ans quand sa famille quitte le plat pays pour rejoindre la France. « Depuis toute petite, je suis passionnée par les sacs à main », raconte la jeune créatrice de 23 ans, en troisième année de management de…

Lire la suite

dans « Us », Lupita Nyong’o plonge dans l’horreur américaine de Jordan Peele

Avec « US », le réalisateur Jordan Peele propose un film de genre virtuose porté par une Lupita Nyong’o remarquable. Adelaide se promène avec ses parents dans une fête foraine, en Californie. La mère s’absente un moment ; le père, absorbé par un jeu, ne la voit pas s’éloigner. Elle longe la plage puis, attirée par une sorte de palais des glaces, pénètre dans ce lieu quelque peu inquiétant : une chouette sort d’un mur, les miroirs sont déformants… Effrayée, Adelaide se retrouve à un moment face à son image, qui…

Lire la suite

[Tribune] Bernard Dadié, l’écriture pour « abattre les faux masques »

La littérature est « révolutionnaire » clamait l’écrivain et homme politique ivoirien Berbard Dadié, décédé le 9 mars dernier. Par son écriture, il voulait « écarter les ténèbres », au nom de la fraternité. Il aurait voulu être enseignant. Il devint « commis d’administration », comme il le rappelle dans son discours de réception du prix Unesco-Unam Jaime Torres Bodet, en 2016, l’année de son centenaire. Célébré en Côte d’Ivoire par l’Ascad (Académie des sciences, des arts, des cultures d’Afrique et de ses diasporas), dont il était membre, l’écrivain unanimement salué…

Lire la suite

« Photographier l’Algérie », dans les yeux des colons

Femme algérienne © Marc Garanger, 1960, Musée Nicéphore-Niépce, ville de Chalon-sur-Saône À travers près de deux siècles d’images, l’exposition « Photographier l’Algérie », jusqu’au 13 juillet à à l’Institut du monde arabe de Tourcoing, raconte l’évolution du regard porté par la France sur son ancienne colonie. Que voit-on dans les yeux de l’autre ? Qu’apprend-on de lui, de soi, à la façon qu’il a de nous regarder ? L’exposition « Photographier l’Algérie », qui se tient à l’Institut du monde arabe de Tourcoing jusqu’au 13 juillet, va bien au-delà de son objectif affiché, « mettre en évidence certains…

Lire la suite

après la polémique, la Scala de Milan décide de rendre les millions de Riyad

Le conseil d’administration du légendaire opéra a renoncé à l’unanimité au partenariat avec Riyad, qui devait courir sur cinq ans. La salle, qui a déjà touché trois des quinze millions d’euros dans le cadre de cet accord, a décidé de les restituer. La Scala de Milan va rendre plusieurs millions d’euros à l’Arabie saoudite, après une polémique sur un accord de financement qui prévoyait l’entrée du ministre saoudien de la Culture au conseil d’administration du célèbre théâtre. >>> À LIRE – À Milan, polémique autour d’un possible financement saoudien du théâtre de la…

Lire la suite

[Tribune] Bernard B. Dadié, un immense homme de lettres

Par Henri Lopes Écrivain et ancien diplomate congolais L’écrivain Bernard B. Dadié devant le portrait de son père, Gabriel Dadié (le 12 avril). © ISSAM ZEJLY/TRUHBIRD MEDIAS POUR J.A. L’auteur et ancien diplomate congolais Henri Lopes rend hommage à l’écrivain ivoirien Bernard B. Dadié, décédé le 9 mars 2019 à l’âge de 103 ans, qui laisse en héritage des volumes à feuilleter inlassablement. Les temps changent. Et les adages aussi. Un homme d’âge vénérable est mort ; il n’y a pas eu d’incendie d’archives, contrairement à la…

Lire la suite

« Le Fespaco sert de stimulateur au cinéma africain »

Gaston Kabore, cinéaste burkinabè, posant dans l’enceinte de l’Institut Imagine qu’il a fondé à Ouagadougou. © Sophie Garcia/hanslucas Le réalisateur burkinabè livre à Jeune Afrique son regard sur le Fespaco. Jeune Afrique : Le Fespaco est-il indispensable au cinéma africain ? Oui, car c’est un lieu où s’effectue une rencontre intergénérationnelle entre professionnels et amoureux du cinéma. Bien sûr, il y a parfois des chocs électriques : nous avons des perceptions, des visions différentes sur ce que doit être le cinéma africain. Il m’arrive d’avoir le sentiment que certains sont…

Lire la suite

quel avenir pour le Fespaco ?

© crédit photo Devenu une énorme machine, régulièrement critiqué pour son organisation chaotique, menacé par les attentats, le festival de Ouagadougou entend pourtant rester le temps fort du film africain. Lors de cette 26e édition du Fespaco, les amateurs de couacs organisationnels n’ont pas été déçus. À en croire les témoignages, des dizaines de professionnels invités n’ont jamais reçu leurs billets d’avion pourtant promis par le délégué général du festival, Ardiouma Soma. Des journalistes mais aussi des réalisateurs de la sélection officielle sont restés bloqués dans leur pays d’origine.…

Lire la suite

[Tribune] Bernard Dadié, le décolonisateur de la langue française

L’écrivain et ancien ministre ivoirien Bernard Dadié s’en est allé le 9 mars dernier, laissant derrière lui une langue française libérée de ses démons colonialistes parce qu’elle s’africanise. Bernard Dadié aura vécu 103 ans sans que sa prodigieuse intelligence ne prenne une ride. Avec ce virtuose de tous les genres littéraires, la langue française se libère de ses démons colonialistes parce qu’elle s’africanise, se revitalise d’une esthétique magique, parce qu’elle s’oralise, se régénère d’une poétique thaumaturgique parce qu’elle se « négritise », se « décolonialise », parce qu’elle s’éclaire des sagesses de la…

Lire la suite