comment « Revue Noire » a changé le regard sur l’art africain – Jeune Afrique

Revue noire n°26 sur Madagascar, édition de septembre 1997 © DR Plus de vingt ans après leur ultime numéro, paru en septembre 1999, les fondateurs de « Revue Noire » reviennent sur la genèse d’une publication déterminante pour les artistes du continent. En France, et pour qui s’intéresse de près ou de loin au continent africain, il y a un avant – et un après – Revue noire. Propos exagérés ? Vingt ans après la fin de cette revue d’avant-garde créée par le quatuor Jean-Loup Pivin, Simon Njami, Pascal Martin Saint-Leon et…

Lire la suite

l’Académie des beaux-arts de Kinshasa, fabrique de talents – Jeune Afrique

Depuis sa création, il y a plus de 70 ans, l’Académie des beaux-arts de Kinshasa est une référence. Elle a su s’adapter aux évolutions de la société et a aujourd’hui le statut d’université. Que de chemin parcouru depuis la création de l’École Saint-Luc, en 1943, par Marc Stanislas Wallenda, à Gombe-Matadi, près de Mbanza-Ngungu (dans le Kongo-Central). L’établissement est rebaptisé Académie des beaux-arts (ABA) en 1957, huit ans après son transfert dans le centre de Léopoldville, devenue Kinshasa. « En 1943, nous étions dans un environnement colonial. L’école était un…

Lire la suite

le retour plein d’« Optimisme » de Songhoy Blues – Jeune Afrique

Trois ans après son appel à la « Résistance », le quatuor malien revient avec un nouvel album tout aussi militant et empreint d’espoir pour leur pays et pour le monde. « Barre », qui signifie « changement » en songhaï, est sans doute le morceau qui résume le mieux la teneur d’Optimisme. Et la situation actuelle du Mali, en pleine transition politique. Enregistré à New York au terme d’une longue tournée américaine fin 2019, soit bien avant le renversement de l’ancien chef de l’État Ibrahim Boubacar Keïta, ce troisième…

Lire la suite

Quand les artistes Sammy Baloji et Kapwani Kiwanga interrogent les sociétés post-coloniales – Jeune Afrique

Commande d’œuvres pour l’un, prix Marcel-Duchamp pour l’autre, deux artistes disséquant le passé colonial de l’Europe sont mis à l’honneur en France à l’aube de la Saison Africa 2020. Deux noms : Kapwani Kiwanga et Sammy Baloji. Deux artistes majeurs de la scène contemporaine, deux plasticiens travaillant sur les colonisations et la persistance de l’histoire coloniale dans le présent, deux créateurs honorés aujourd’hui en France. Flowers from Africa La première, Kapwani Kiwanga (42 ans), vient de recevoir le prestigieux prix Marcel-Duchamp au Centre Pompidou pour son installation Flowers from Africa.…

Lire la suite

Iman Bassalah et Rachid Zerrouki à l’écoute des élèves en grande difficulté – Jeune Afrique

Alors que les débats sur l’école en France sont ravivés par l’assassinat du professeur Samuel Paty, Iman Bassalah et Rachid Zerrouki mettent en lumière dans deux ouvrages les élèves en grande difficulté, souvent laissés en marge. D’après le cinéaste franco-suisse Jean-Luc Godard, la marge, c’est ce qui fait tenir les pages ensemble. Deux livres explorent des franges de la population dont on parle peu, là où la société se construit : l’école. À l’école des enfants malades, de l’écrivaine et professeure franco-tunisienne Iman Bassalah évoque son expérience auprès d’autistes, de…

Lire la suite

« ADN », un film de Maïwenn fier et drôle, comme les Algériens – Jeune Afrique

Dans son nouveau long-métrage survitaminé, « ADN », la réalisatrice et actrice Maïwenn réussit à métamorphoser un drame familial en comédie. Emir, le grand-père algérien de Neige, vit dans une maison de retraite. Sa petite-fille, l’héroïne du film, est divorcée et mère de trois enfants. L’ancien militant indépendantiste l’a élevée et protégée face à des parents défaillants voire maltraitants. Elle le considère comme l’homme le plus attachant et même le plus important de son entourage. Sa mort va donc la bouleverser et la conduire à s’interroger sur ses origines et sur tous…

Lire la suite

« Kinshasa Chronicles », plongée dans le chaos urbain congolais – Jeune Afrique

Jusqu’au 11 janvier 2021, la Cité de l’architecture et du patrimoine, à Paris, accueille « Kinshasa Chronicles ». Une exposition en forme de déambulation dans la capitale congolaise, guidée par 70 artistes. Exposer Kinshasa à Paris ? Voilà une idée vouée d’emblée à l’échec, tant on ne peut faire capitales plus opposées que l’apparemment sage française et la délibérément insaisissable congolaise ! Et pourtant, et pourtant, la Cité de l’architecture (Palais de Chaillot) a osé relever ce défi avec « Kinshasa Chronicles » (jusqu’au 11 janvier 2021), qui jouxte l’exposition « Paris 1910-1937,…

Lire la suite

« Trouble-fête », le nouvel album engagé du rappeur belgo-congolais Badi – Jeune Afrique

Intégration, identités, féminisme… Avec l’album « Trouble-fête », l’artiste belge d’origine congolaise Badi témoigne des luttes qui animent sa génération. « This is Belgica, pays de la bière et de la N-VA », déclame Badi dans son morceau protestataire « Mauvaise ambiance ». Un titre qui fait écho au très politique « This is America » du rappeur africain-américain Childish Gambino, et à son pendant nigérian écrit par Falz, musicien originaire de Lagos. « Pays responsable de la mort de Lumumba, pays de Stromae, pays d’Abdeslam, (…) de l’islam radical…

Lire la suite

Éric Guglielmi, photographe de l’Afrique et du temps long – Jeune Afrique

En France, deux expositions présentent des séries photographiques de l’artiste français réalisées sur le continent. Des œuvres où l’esthétique soutient la réflexion politique. C’est par hasard que, en 1992, l’Afrique est entrée dans la vie d’Éric Guglielmi. « Je rentrais d’un reportage sur les mines du Potosi (Bolivie) et on m’a proposé de convoyer un camion au Mali. J’ai accepté. Et je suis finalement resté presque cinq ans en Afrique de l’Ouest. » Mali, Mauritanie, puis Sénégal ou encore Éthiopie, le jeune photographe (il a alors 22 ans) travaille pour…

Lire la suite

« L’Italie a effacé la période coloniale de sa mémoire » – Jeune Afrique

Dans son livre « Y a-t-il de bons dictateurs ? Mussolini, une amnésie historique », l’historien Francesco Filippi revient sur la politique coloniale et raciale de l’Italie fasciste. Entretien. Jeune Afrique : L’objet de votre livre est de démontrer que les prétendues « bonnes réalisations » du régime de Mussolini relèvent de la légende. Y a-t-il un doute sur la question ? Francesco Filippi : Malheureusement oui. Il y a encore des gens en Italie, surtout dans une frange précise de la droite, mais pas seulement, pour prétendre que le…

Lire la suite